top of page
Rechercher

Dernières nouvelles!

LES FEMMES dans l'HISTOIRE. Proposition d'écriture d'après le roman d'Astrid De Laage De la main d'une femme.



Montrer les pensées vagabondes d’un personnage en route pour accomplir quelque chose d’important.


15 septembre 1791.

Six heures. C’est l’heure. C’est LE jour.

Jamais Olympe ne s’est sentie aussi déterminée. Un coup d’œil par la lucarne de toit. Le jour se lève. Le courage l’inonde. Elle soigne sa tenue. Sa robe rouge. La ceinture bleue. Le ruban blanc dans sa belle chevelure bouclée. Elle part. Elle court presque. Elle veut être là quand les membres de l’Assemblée arriveront. Elle va les scruter, tenter de deviner leurs pensées. Elle a tout donné. Elle touche au but.

Tellement perdue dans ses pensées, qu’elle n’a pas vu cette petite fille accroupie sous une porte cochère. Elle fait deux pas, puis revient en arrière. Elle se penche. La petite pleure. Son père l’a battue. Sa mère aussi a été frappée. Elle la console, mais a une autre urgence, pour cette fillette précisément.

Place du peuple elle reprend son souffle. Elle y est. Aujourd'hui l’Assemblée doit examiner la "Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne". C’est son œuvre, son combat, sa vie. Elle a tout supporté, les insultes, les railleries, les coups parfois. Comment une femme peut-elle penser ? Écrire de surcroît ? Les hommes la narguent, la méprisent. Mais rien ne l’arrêtera. Elle doit défendre sa place, exister, vivre libre, choisir sa vie. 

Elle veut croire au possible. Elle n’a pas pu, en tant que femme, assister aux délibérations, si courtes d’ailleurs qu’elle se demande si son texte a été lu. La séance est levée. Les portes s’ouvrent. Les représentants du peuple sortent pleins de suffisance, ne la voient pas.

Elle sait à ce moment que le combat va continuer. Elle hurle sa colère et son dégoût !

Deux mains s’abattent sur ses épaules. Elle est traînée vers un fiacre et conduite à son funeste destin. Son amie Rosine tente de l’approcher et crie : "Courage Olympe, la lutte continue". Anne G.


La femme a le droit de monter à l'échafaud ;

elle doit avoir celui de monter à la tribune.

Olympe de Gouge 1748/1793


 

CARNET de BALADE

avec Marie-Claire Guichebaron

artiste peintre



Samedi 27 avril 2024

L'atelier d'écriture de Planguenoual

vous propose une balade sur l'estran et le GR 34.

Territoire marin et sentier littoral comme source d'inspiration,

ça vous dit !

10h30/12h30 + Pique-nique + 13h30/15h30

Réservation conseillée


 

L'atelier a lu ...


Les vertueux de Yasmina Khadra

Une histoire universelle, une fresque puissante et tumultueuse qui célèbre ces âmes droites, capables, quelque soit leur infortune et la barbarie du monde, de garder leur foi en elles-mêmes et en l’humanité. 


Mon maître et mon vainqueur de François-Henri Désérable

Le revolver, un cahier noirci d'une vingtaine de poèmes et, plus tard, après expertise balistique, des résidus de poudre sur ses mains. Voilà ce qu'il en restait, j'ai pensé, de son histoire d'amour.

Un roman magnifique, drôle, intelligent, rieur, léger. Fou .... d'amour !


 

Ecrire une histoire de vie  

Pourquoi écrire une histoire qui n’est pas la nôtre ? 


C’est votre voisin, votre grand-parent ou arrière grand-parent.

Sa vie fut simple ou compliquée, admirée de tous ou entachée de rumeurs,

peu importe. 


Elle est riche de souvenirs et d’anecdotes, de peines et de joies,

d’engagements et de partages. 


Bref, elle est faite de petites histoires qui font la grande Histoire.  

Et ça, ça vous dit de le raconter ?



 

Petites phrases et autres citations

Comme vous marchez vite ! J'adore ça, on dirait qu'on va quelque part !

Simone de Beauvoir

"L'écriture est le meilleur moyen de découvrir ce que vous savez"

Flannery O'Connor


 


A bientôt dans nos ateliers


337 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page